Les heures qui suivent l’annonce // Maintenant on fait quoi ?

Et me voilà (comme expliqué dans le billet précédent), ca y est c’est sûr, je suis une cancéreuse. Et me**e alors !

Sérieusement ?

Pourquoi moi ?

Pourquoi maintenant?

C’est ma faute, j’en suis sûre ! 

Je vais bien, je suis en pleine forme.

C’est possible qu’il y ait une erreur de diagnostic ?

Ces mots, je pense que toute personne confrontée à ce diagnostic, les ont pensé voire dit. On ne comprend pas, on culpabilise, on cherche un sens. c’est dans cet état d’esprit que je continue ma journée.

glass-time-watch-business.jpg

Prochaines étapes après avoir prévenu ma famille et mon employeur:

  1. Trouver un médecin traitant : le mien avait entre temps pris sa retraite.
  2. Contacter Airfrance pour annuler notre avion . AirFrance qui en passant aura une attitude déplorable, pas de remboursement vous n’avez pas souscrit à l’assurance, même avec des justificatifs médicaux, ce n’est pas une raison impérieuse, ni un cas de force majeure. Ah ben oui, c’est sûr, je devais prévoir que j’allais être diagnostiquée d’un cancer et que les médecins faisaient une urgence de mon cas !

Fin de matinée, me voilà dans la salle d’attente de mon futur médecin traitant, je suis effondrée la tête sur les genoux de mon mari (quand il ne passe pas quelques coups de fils à l’extérieur), je pleure, c’est fou, je n’arrive pas à m’arrêter.

Je sers dans mes mains l’échographie de grossesse les échographies mammaires et les résultats de l’ANAPATH.

Je ne souhaite parler à personne, pas de téléphone ! Non. Mon mari gérera toute la partie communication.

C’est mon tour, je connais déjà le docteur Anne-Lise Rayssa* . Je me permets d’écrire (presque) son nom, car ce médecin, cette femme, m’a aidée, m’aide encore dans ce parcours. Elle fait preuve d’une empathie extraordinaire.  Elle m’avait prescrit le test de grossesse en mars, grossesse qui comme vous le savez se terminera par une fausse couche avant de retomber, 15 jours plus tard, à nouveau enceinte.

Je reviens donc sur mon contexte, j’ai de suite  confiance en elle. Elle est directe, essaie de me comprendre réellement et sort du discours purement médical pour faire de « l’humain » (qui pour moi est la première qualité -non technique- d’un médecin traitant).

Elle me conseille sur les soins et les établissements. Elle veut connaitre le nom de l’oncologue afin d’obtenir des renseignement sur le suivi.

Mes questions sont toujours les mêmes :

  • je veux continuer à travailler, je ne veux pas être arrêtée
  • Et ma grossesse ?
  • Et l’avion du lendemain, je fais comment ?
  • Et mon fils, je lui annonce comment ?
  • Je dois voir une psy qui m’aidera à l’annoncer à mon fils, comment je fais pour un RDV  ?

Comme vous pouvez le lire, mes pensées sont un peu éloignées de la réalité de la maladie, ne concernent pas les soins du protocole oncologie. Je me raccroche à des choses que je peux à peu près maîtriser et que je connais.

Mon médecin traitant ne peut malheureusement pas me répondre, ce n’est pas son domaine. Je dois attendre le lendemain, elle me conseille toutefois de me rendre à ce mariage et de voir mes amis si j’estime que cela peut faire du bien.

Nous appelons nos amis ( alias Manu et Frika) qui se marient ce WE là, mon mari leur explique la situation. Nous allons le tenir au courant rapidement.

Je vais faire une visite « éclair » à mon père et ma belle mère, ils ne laissent rien paraître. A part mon père me serrera plus fort que d’habitude dans ses bras pour me dire bonjour, pour moi cela veut dire beaucoup. Ils me disent qu’ils sont là si nous avons besoin.

Nous discutons avec mon époux de notre WE et du mariage. Je souhaite y aller, j’irai quoi qu’il arrive. Je ne les laisserai pas tomber ! Et j’ai passé tellement de temps à préparer leur diaporama en plus que je veux aussi que ça serve 😉

Mon mari évoque le fait de faire garder le petit. Pour moi c’est hors de question.

Dans cette épreuve j’ai besoin de mon ti bout, c’est ma joie de vivre. Sa place est avec nous. Sans mon fils ça sera encore plus dur !

20171101_115112.jpg

Voilà, le week-end est calé ! Nous partirons le jeudi soir tard si nous n’avons pas d’autres RDV médicaux, nous prendrons notre voiture et notre fils sera avec nous.

Nous récupérons le soir notre fils chez la nounou, il nous occupe bien la soirée, ce qui permet de s’extraire de ce monde douloureux qu’est l’attente et la maladie.

Dans la soirée, J’ai des coups de fils de la famille. Axel en intercepte , voici ce que je retiendrai de 2 appels que j’ai eu.

  • Ma mère, elle a eu un cancer du sein aussi. Elle vient du monde médical et me dit qu’il faut que j’envisage de renoncer à la grossesse, entre autre. Je lui dis que c’est hors de question.
  • Ma soeur Christine au téléphone, je lui dis que je pourrais garder le bébé. Je le sais, j’ai lu plein de choses sur Internet. Elle m’écoute, me dit qu’il y a plein de choses qui existent en effet. mais me dit d’attendre et d’en parler au médecin que je verrai le lendemain. Et m’évoque certaines contre indication pour une grossesse comme les rayons.

J’ai RDV avec le docteur Puyu*** le 29 juin, soit le lendemain après midi. C’est court et très long en même temps.

Il m’expliquera tout en détail et de manière extrêmement pédagogue.

(la suite c’est par ici 🙂 )

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :