Allo, Docteur ? Vous n’allez pas me croire.

Août 2016

Je sens depuis un moment une boule à mon sein droit, cela fait maintenant un moment. Je ne me suis pas plus inquiétée que ça, car j’ai allaité mon fils pendant 15 mois et l’allaitement s’est arrêté assez brutalement pendant nos vacances en Guadeloupe.

Mais cela va faire maintenant 8 mois que je sens cette boule, même si elle a réduit et que je la fait surveiller par mon doc. Mais je ne suis pas rassurée. j’en parle à mon médecin traitant qui me prescrit une échographie.

Verdict, cette boule est à surveiller mais cela doit être, selon l’échographe, une calcification de lait maternel.

2012.09.22_056.jpg

Mars 2017

La boule au sein est toujours là, parfois j’ai des écoulements, j’en parle à mon médecin traitant qui me prescrit une échographie mais qui ne semble pas plus inquiet que ça. Il me dit que ceci est probablement du lait.

Entre temps, j’apprends que je suis tombée enceinte. De ce fait, je pense que la boule a grossi avec le boost hormonal. Mon médecin a sûrement raison.

Le jour de mon anniversaire, (le 29/03) je ferai malheureusement une fausse couche.

 

Mai 2017

Le mois d’avril passe, je me remets de cette fausse-couche doucement, très doucement.

Mais la boule est bien là, j’en ai assez des discours sur les restes de lait et je vais voir ma gynécologue.

je lui explique mon parcours et je lui dis que je sens ma boule grandir vite, je lui évoque ma fausse-couche aussi.

Je ressors de là avec une échographie mammaire à faire urgemment et un test de grossesse. Nous sommes le 11 mai 2017

Verdict :

  • je suis à nouveau enceinte 🙂pexels-photo-266094.jpeg
  • le RDV pour l’échographie mammaire est dans un mois et demi…

En discutant avec ma gynécologue, on s’oriente vers un boost hormonal qui a du encore faire varier la taille de la poitrine et des grosseurs peuvent également apparaître. 

Fin mai je passe l’échographie de datation, je suis enceinte de un mois et demi ! Mon mari est moi sommes les plus heureux.

Toutefois, je suis prudente, j’ai peur, tellement peur de faire à nouveau une fausse couche. Mais c’est sans compter que la vie sera bien plus cruelle avec moi.

Juin 2017

Je passe enfin mon échographie mammaire.

L’échographe a une drôle de tête. Elle a du mal à adhérer à ce que je lui dis. Pour elle , il  est impensable qu’on ai pu me tenir ce discours sur des restes de lait. (mais je vous assure que c’est vrai, bien vrai!) . D’autant plus que la personne qui a tenu ce discours n’est autre que son associé

Verdict de l’échographe : La grosseur est suspecte, il faut faire des examens complémentaires au plus vite.

Elle me propose de contacter directement ma gynécologue.

pexels-photo-724610.jpeg

Ceci amènera à faire une biopsie de la masse suspecte le 21 juin. Cette biopsie,selon le corps médical, dira la vérité et évitera des doutes. Mais surtout, on ne peut pas faire autrement avec ma grossesse.

Je pars en déplacement professionnel le 27 juin,  je préviens ma gynécologue de ne pas me contacter car je serai seule sur 2 jours à Nantes. Mais en milieu d’après midi, le secrétariat m’appelle car ma gynécologue veut me rencontrer le lendemain. Ils ne veulent rien me dire d’autre.Je négocie la date, mais ils sont pressés, il faut que je rentre chez moi. Je dis à mes collègues présents à Nantes qu’il faut que quelqu’un m’escorte rapidement sur l’aéroport. En effet, je suis à un près d’une heure de route. Mais je ne leur dis rien d’autre.

Pendant mon attente à l’aéroport, un directeur d’entité, m’appelle pour comprendre. Je lui explique la situation,  il dira une phrase qui me marquera « s’ils te font revenir c’est que c’est quelque chose d’important et que tu dois être vite soignée. »  Je ne crois pas en cette hypothèse, je pense que c’est pour rien, que c’est juste une grosseur bénine a enlever.

Je monte dans l’avion après avoir passé quelques coups de fils à ma famille, j’ai peur tellement peur, je caresse mon ventre en permanence durant le vol, je cache mon visage pour pleurer …

pexels-photo-568027.jpeg

J’arrive à Toulouse. Arrivée à la maison, avec mon mari nous en discutons, nous espérons qu’il s’agisse de quelque chose de bénin, nous évoquons le cancer. mais ceci peut être tellement d’autres choses. Nous essayons de ne pas nous affoler outre mesure.

Le lendemain matin, nous rencontrons ma gynécologue avec mon mari. Elle me dit que les retours de la biopsie ne sont pas bons. Elle a une drôle de tête.

Elle ne dit rien, je lui lance : « Mais, alors? C’est un cancer ? ». Elle hoche la tête et me dit « Oui, c’est un cancer » ! elle ajoute « il sera sûrement difficile de garder le bébé et donc de poursuivre la grossesse. ».

Je demande les prochaines étapes à ma gynécologue, elle me dit qu’il faut que je rencontre le docteur Puyu*** , spécialisé dans les pathologies mammaires dès que possible. Nous sortons du cabinet médical. Je m’effondre, nous nous effondrons.

Je suis sonnée, ce n’est pas possible, pas maintenant je ne peux pas. Mille choses se passent dans ma tête :

  • Le boulot, j’ai plein de dossiers en cours, je ne peux pas être en arrêt maladie.
  • Mon bébé, je le veux, je vais le garder, le cancer n’est pas possible maintenant
  • J’ai un mariage ce samedi, je suis témoin, je prend l’avion demain pour retrouver mes amis en Bretagne. Je vais y aller, pas le choix

Justement, je ne pourrais pas prendre l’avion pour aller au mariage ce jeudi, je vais devoir être en arrêt maladie, mais non, le bébé, c’est non ! Je ne veux pas penser à une autre option que celle de poursuivre ma grossesse.

J’ai un RDV dès le lendemain à la clinique de l’Union. J’ai un cancer ! Cette phrase le terrifie, mais qu’est ce que cela veut bien dire ! Et si c’était faux, et si ce n’était rien ! Et si je ne me soignais que plus tard.

Mon mari me raisonne, il faut aller de l’avant et que je me soigne pour nous, pour notre fils.

Nos vies ont basculé, emportées par ce tsunami, nous ne savons pas que nous sommes déjà changé.Nous pleurons comme jamais, nous nous aimons

pexels-photo-579474.jpeg

aussi de toutes nos forces pour passer ce cap douloureux qu’est l’annonce de la maladie.

La suite par ici en cliquant

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :